Réflexions sur le métier (en freelance)

Je discutais il y a peu avec un collègue par email sur les conseils que j’aurai à donner (moi ?) à un freelance pour “bien réussir”…
Ça a en fait fini en liste de points qui me paraissent essentiels pour bien faire notre métier (et probablement par extension presque n’importe quel métier en freelance).
J’ai donc voulu partager avec vous ces réflexions et avoir votre avis… N’hésitez donc pas à me répondre par les commentaires ou par mail !

Voici donc la liste des réflexions en question :

  • Avoir une valeur : donner un prix, ne pas en démordre, être persuadé de le valoir. Ne pas tomber dans le démesuré pour autant.
  • Avoir une valeur ajoutée : présenter un profil clair de compétences spécifiques et rares plutôt qu’un fourre-tout digne de l’homme(la femme)-orchestre.
  • Vendre ses compétences, son expérience, plutôt que son temps comme le ferait n’importe quel exécutant de base* : ne pas hésiter à (se) rappeler les magnifiques compétences que l’on possède et les superbes projets que l’on a réalisé, toutes ces raisons qui ont fait que le client est venu nous voir nous et pas quelqu’un d’autre, et que ces raisons ne doivent jamais être le tarif : se vendre pas cher n’est pas un bon argument de vente (même mécanisme qui nous fait préférer un aspirateur à 150€ à celui de 50€, pour faire dans la métaphore bête et méchante, et d’autant plus sur le long terme).
  • S’associer à d’autres personnes quand c’est pertinent, quitte à partager un part du gâteau : il devient alors plus facile de trouver de plus gros gâteaux… et tout le monde y gagne ! Et puis un bout d’gâteau, c’est toujours mieux que pas d’gâteau.
  • Soignez ses clients, même si ils sont ch**nts : simplement être très clair dès le début sur qui fait quoi et pourquoi, être ferme quand il le faut, mais toujours rester courtois et respectueux (sinon comment demander le respect ?) et ne jamais oublier qui paie les factures et que dès fois prendre sur soi est bénéfique au long terme même si au court terme c’est pas évident à voir. Même le client a le droit d’avoir tort… :)
  • Ne jamais mélanger professionnel et affectif : ne pas devenir le/la pote de ses clients.
  • Et enfin, mais c’est (il me semble) évident Avoir l’amour du travail bien fait : toujours faire un travail impeccable, ne serait-ce que pour soi si ce n’est pour le client. Avoir de l’estime de soi c’est obtenir l’estime des autres.

(*) Attention je n’ai rien contre les “exécutants” (j’en ai été une, et ils sont indispensables) mais si on n’en est pas un, il faut à mon avis éviter de se présenter comme tel !

Commentaires