Gérer ses services en ligne “chez soi” : Les Enjeux

De plus en plus, et comme la plupart d’entre nous, j’utilise des services en ligne pour organiser ma vie professionnelle et personnelle au quotidien (mails, todos, photos, etc.).

Mais la confidentialité et la pérennité de mes données ne m’ont jamais parues très certaines tant que ces services (et leurs conditions d’accès et d’utilisation) sont déterminés et fournis par des sociétés tierces.

Ajoutez à cela le coût relatif représenté par l’accumulation de tous ces services (et il faut bien admettre que les plans “gratuits” qu’ils offrent presque tous ne correspondent pas toujours à une utilisation professionnelle ou même un tant soit peu poussée qu’on peut avoir besoin d’en faire) et l’équation devient encore plus évidente : il faut que je reprenne le contrôle.

Évidemment, au premier abord il est assez aisé de lister des avantages à cette démarche :

  • confiance, sécurité et confidentialité accrues,
  • contrôle (presque) complet,
  • et plus de possibilités de personnalisation/customisation et donc d’adéquation avec vos besoins.

Mais elle présente aussi des désavantages :

  • une potentielle plus grande complexité (à trouver, à installer, à entretenir),
  • un coût (éventuel serveur dédié et licences) dont il faut calculer si il est plus élevé que l’addition de tous les abonnements mensuels aux services,
  • que le projet soit abandonné,
  • une éventuelle absence ou pauvreté du support,
  • et pour les irréductibles francophones que les Français peuvent parfois être : l’absence de traduction/traductabilité (?).

Maintenant que nous connaissons les tenants et les aboutissants de cette problématique, nous pouvons nous lancer en toute connaissance de cause dans les démarches.

Dans le prochain article, je vous expliquerai donc comment je m’y suis prise…
Un avant-goût : cela passera par la recherche (ou la création) et l’installation de services équivalents à ceux que j’utilise actuellement, ainsi que de leur nouvelle “maison” (le serveur qui les accueillera).

Commentaires